SUN Newsletter
Home / Actualités / Une analyse des allocations sur le budget et hors budget au Népal et en Ouganda par SPRING

Une analyse des allocations sur le budget et hors budget au Népal et en Ouganda par SPRING

  |   Non classé

Qu’est-ce que le financement sur le budget ?

Les sources de financement sur le budget sont définies comme celles qui surviennent à travers le système officiel de gestion du budget du gouvernement. Au Népal, il existe une délimitation supplémentaire entre « sur le budget, sur la trésorerie » et « sur le budget, hors trésorerie », ce qui signifie que les fonds sont rapportés par le budget national, mais sont distribués en dehors du système de trésorerie

Ouganda et Népal :

Le projet SPRING financé par l’USAID suit à la fois les allocations sur le budget et hors budget (et lorsque les données sont disponibles, les dépenses) dans ses études de cas sur les Pathways to Better Nutrition (« Passeports pour une meilleure nutrition »). La portée des activités de nutrition a été définie dans le Plan national d’action sur la nutrition (NNAP) de chaque pays, et confirmée pour la période d’analyse avec des interviews en profondeur.

Sources ?

Pour le Népal et l’Ouganda, SPRING a organisé des réunions de validation des données avec les bureaux de planification et de budgétisation de chaque secteur, suivant une première analyse des documents budgétaires en vue de confirmer que :

– les éléments corrects de la ligne budgétaire avaient été inclus pour les activités liées à la nutrition ;

– la classification correcte (« spécifique à la nutrition » ou « contribuant à la nutrition ») avait été assignée, et, en cas de « contribution à la nutrition », leur niveau de contribution était indiqué ;

-le pourcentage correct de la ligne budgétaire était inclus (dans le cas d’activités intégrées) ; et

-les chiffres figurant dans les documents du gouvernement pour l’allocation et les dépenses étaient correctement enregistrés.

Enseignements tirés des allocations sur le budget au Népal et en Ouganda

  • Les activités de nutrition sont le plus souvent intégrées dans des lignes budgétaires plus larges, non allouées à la nutrition au Népal et en Ouganda. Les systèmes de gestion du budget dans les deux pays pourraient être ajustés pour permettre un suivi plus précis des fonds de la nutrition sur le budget. Les leçons peuvent être tirées des efforts dans les domaines du changement climatique et du financement de l’égalité des genres.
  • Le personnel du gouvernement en charge des questions de nutrition pourrait être mieux sensibilisé sur le processus et les documents de budgétisation. Dans une sélection de nos entrevues de validation, le personnel technique du gouvernement avait une certaine difficulté à identifier la source de financement pour leurs activités et le montant effectivement reçu. Cela affecte également leur capacité à articuler le besoin de fonds.

Que signifie sources hors budget ?

Les fonds hors budget sont définis comme des fonds qui ne sont pas rapportés ou ne passent pas par le système officiel de gestion du budget du gouvernement

Ouganda et Népal :

Au Népal et en Ouganda, ces fonds doivent encore être rapportés au gouvernement, mais souvent, ils ne sont pas rapportés après l’enregistrement initial du projet ou de l’activité auprès du ministère des Finances. En conséquence, le gouvernement n’est pas en mesure de suivre de façon précise les allocations ou les décaissements annuels de fonds hors budget, contrairement aux fonds sur le budget.

Sachant cette limitation, SPRING a utilisé les documents officiels du gouvernement pour rendre compte des fonds hors budget. En effet, un aspect de l’étude de SPRING consiste à examiner les structures gouvernementales de gestion financière en place pour gérer le financement de la nutrition.

  • En Ouganda, c’est le « Résumé du soutien de projets gérés en dehors des systèmes gouvernementaux » du ministère des Finances qui capture uniquement les financements hors budget.
  • Au Népal, SPRING a utilisé le portail de gestion de l’aide du gouvernement du Népal, qui comprend tous les fonds des donateurs (sur le budget et hors budget), ce qui nécessite une comparaison minutieuse avec les chiffres du « Redbook ».

Les enseignements tirés et les premiers résultats du suivi financier hors budget de SPRING peuvent être résumés comme suit :

  • Les mauvais rapports par les donateurs dans les systèmes de suivi des dépenses publiques hors budget sont un problème. Dans un monde idéal, tous les financements des donateurs seraient gérés sur le budget, sur la trésorerie. Cependant, pour diverses raisons, ce n’est pas le cas. Au minimum, les donateurs doivent respecter les règles établies par le Partenariat mondial pour une coopération efficace au développement, qui comprennent une plus grande transparence de gestion de l’aide et le reporting dans les systèmes budgétaires du gouvernement.
  • En Ouganda, le suivi financier des donateurs n’est pas mis en place pour fournir une ventilation des fonds par district ou par unité administrative en dessous du district. Pour les pays décentralisés où les décisions de planification et de financement du travail sont prises au niveau sous-national, il serait avantageux de fournir des estimations des financements des donateurs au niveau sous-national.

Post A Comment

No Comments