SUN Newsletter
Home / Actualités / Une nouvelle étude révèle que la formation et les subventions en espèces aident les familles à faire face au changement climatique au Bangladesh

Une nouvelle étude révèle que la formation et les subventions en espèces aident les familles à faire face au changement climatique au Bangladesh

  |   Réseau des Nations Unies pour le Mouvement SUN, Réseau des pays SUN

Photo of report for website publication_0Le 22 janvier 2017, le Programme alimentaire mondial (PAM) a rendu publics les résultats d’une étude portant sur une initiative mise en œuvre conjointement par le Département d’ingénierie du gouvernement local (LGED, Local Government Engineering Department) du Bangladesh et le PAM, visant à aider les populations locales à faire face aux effets du changement climatique. Cette étude révèle que les populations dont le mode de vie est perturbé par les conséquences du changement climatique sont moins susceptibles de vendre leurs biens, de s’endetter ou de sauter des repas si elles ont reçu une formation élémentaire et des subventions en espèces.

Télécharger : Rapport complet | Résumé analytique | Résumé graphique

En raison d’un linéaire côtier de faible altitude et de conditions météorologiques de plus en plus extrêmes telles que cyclones, inondations et sécheresses, le Bangladesh est l’un des pays les plus vulnérables aux catastrophes naturelles et au changement climatique. Une proportion importante de sa population vit encore avec des niveaux préoccupants d’insécurité alimentaire, en particulier parmi les ultra-pauvres, qui n’ont pas les moyens de s’adapter aux risques naturels.

Le programme « Enhancing Resilience to Natural Disasters and the Effects of Climate Change » (Améliorer la résilience aux catastrophes naturelles et aux retombées du changement climatique) a été lancé en 2011 dans le cadre d’une initiative commune entre le gouvernement du Bangladesh et le PAM. Ce programme repose sur une compréhension commune des liens existant entre catastrophes naturelles, changement climatique, pauvreté, insécurité alimentaire, dénutrition et inégalités entre les sexes, et s’appuie sur les compétences techniques et les capacités respectives du LGED et du PAM. L’ensemble de mesures prévoit pour les participants des travaux d’infrastructure dans les communautés, des formations en matière de préparation préalable aux catastrophes, de renforcement des capacités et de développement des activités, ainsi que des investissements sous forme de subventions en espèces destinées aux femmes.

Le rapport d’évaluation complet, commandé par le PAM et dirigé par une équipe de recherche externe du Centre international d’agriculture tropicale (CIAT) et de la Development Research Initiative (DRI) est accessible ici. Il s’inscrit dans le cadre de l’initiative C-ADAPT pour la gestion et l’innovation en matière d’adaptation au changement climatique. Le programme C-ADAPT est financé par un fonds d’intervention rapide du gouvernement suédois pour le financement du changement climatique. Il permet au PAM et à ses partenaires d’étudier de nouvelles analyses, initiatives et meilleures pratiques novatrices en matière d’insécurité alimentaire induite par le climat, dans le but d’aider les individus, les communautés et les gouvernements à satisfaire leurs besoins alimentaires et nutritionnels dans un climat en constante mutation.

Plus d’informations sur le site du Programme alimentaire mondial

Post A Comment

No Comments